1ère conférence : Géographie française et traduction : quelques cas du XVIIIe siècle à nos jours

Le 1er février, Mme Lilia Khélifi (M2 à l’EHESS) va nous parler de distance avec la participation de M. Nicolas Verdier, directeur d’étude à l’EHESS, directeur de recherche au CNRS qui fera une présentation sur le sujet suivant : Géographie française et traduction : quelques cas du XVIIIe siècle à nos jours

Il s’agira dans le cadre de cette intervention de revenir sur quelques cas de traduction liés à la géographie française, soit que ces textes soient traduits du français, soit que ces textes soient traduits en français. On évoquera pour commencer la cas de la traduction d’un auteur anglais, Bradock Mead, en Français au début du XVIIIe siècle, ce qui permettra de poser les bases du raisonnement. Puis dans un second temps on s’interressera à quelques traductions (celle de l’antropogéographie de Freidrich Ratzel à la fin du XIXe siècle et ses réceptions, et celle de Walter Christaller dans le dernier tiers du XXe siècle. C’est donc aux acteurs que l’on s’interressera ici, mais en insistant sur la question des enjeux, et finalement des différentes approches possibles de ce qu’est la traduction.

L’inscription à l’évènement est gratuite mais obligatoire pour entrer dans le bâtiment. Vous pouvez vous inscrire via se formulaire : https://www.eventbrite.fr/edit?eid=41417056531

 

Biographie Nicolas Verdier :

Ses recherches s’inscrivent dans le cadre du croisement entre territorialités dans le temps et épistémologie des savoirs sur les espaces et les territoires, les deux approches formant les deux faces d’un même questionnement. Une question oriente cette réflexion : Comment les sociétés négocient et renégocient dans le temps leurs rapports aux espaces et aux territoires ?
C’est par la mobilisation de deux champs : l’étude des recompositions spatiales et l’épistémologie des savoirs sur les espaces et les territoires qu’il propose des réflexions sur les temporalités de l’unification et de l’aménagement du territoire, sur les concepts d’échelle, de hiérarchie, de réseau ou de mémoire, voire de territoire.

Lilia
J’ai obtenu ma Maîtrise en Géographie du développement à Paris 1. J’ai découvert l’aikidô au cours de ma deuxième année de Licence. C’est surtout le savoir, la pédagogie, le niveau de pratique et la bienveillance émanant de chacun qui font de notre club ce qu’il est: un lieu chaleureux mêlant effort physique et détente.

Lilia

J’ai obtenu ma Maîtrise en Géographie du développement à Paris 1. J’ai découvert l’aikidô au cours de ma deuxième année de Licence. C’est surtout le savoir, la pédagogie, le niveau de pratique et la bienveillance émanant de chacun qui font de notre club ce qu’il est: un lieu chaleureux mêlant effort physique et détente.

Laisser un commentaire